Isis et sa petite famille biculturelle

Je vous présente Isis, une vénézuelienne arrivée en France il y a quelques années pour travailler comme assistante d’espagnol et qui finalement est restée en France par amour. Aujourd’hui elle a une petite famille biculturelle franco-vénézuélienne

Quelles langues parlez-vous à la maison ? Avez-vous une règle ? Quand-vous êtes dans la rue, ou avec des gens qui ne parlent pas le français dans quelle langue parlez-vous à vos enfants ?

A la maison, nous parlons français et espagnol. Nous n’avons pas de véritable règle linguistique ni chez nous ni à l’extérieur. Mon mari, leur parle en français et j’essaie de leur parler en espagnol mais je ne me sens pas limitée, si je veux parler en français je le fais sans peur, car ils savent bien faire la distinction. Exemple : Si nous sommes chez ma belle famille, qui ne parle pas l’espagnol, je parle normalement en français. Si je dois m’adresser aux enfants, je peux le faire dans une langue où l’autre. Si, en revanche,  nous sommes amenées à rencontrer des amis hispanophones, je peux parfaitement leur parler espagnol, ils comprendront.

Avez-vous reçu des conseils spécifiques de la part des professeurs pour leur apprentissage à l école ?

Ils ne sont pas encore scolarisés mais dès leur naissance j’ai été vivement encouragée par pédiatres et puéricultrices (à la PMI de ma ville) à leur parler ma langue.

Est-il important pour vous de transmettre votre langue maternelle et votre culture à vos enfants ?

C’est capital ! Je leur transmets non pas une langue, mais aussi une culture, une éducation, des valeurs, une ouverture vers le monde qui nous entoure, une façon de sentir et vivre.

Que faites-vous pour vous assurez que vos enfants utilisent toutes leurs langues ?

Nous utilisons des outils pédagogiques dans les deux langues, livres, jeux, musique, films… Nous essayons de maintenir le contact via, le téléphone, les réseaux sociaux et les outils informatiques d’échange de données et des vidéos avec ma famille restée au Venezuela. Mes parents essaient de venir les voir lorsque c’est possible.

Finalement, quel conseil donneriez-vous aux parents qui s’embarquent dans l’aventure d’éduquer dans deux langues et deux cultures ?

Je pense qu’il n’y a pas meilleur conseil que suivre son instinct, parler avec la langue du cœur et faire confiance aux capacités innées de nos enfants. Tout en sachant qu’il a déjà été démontré que la période la plus propice à l’acquisition des langues maternelles est comprise entre 0 et 6 ans, on pourra toujours les apprendre à posteriori, comme c’est mon cas pour le français et l’anglais, mais pas de la même façon et non pas en tant que langue maternelle mais en tant que langue apprise.

Les fruits de la passion

Je tiens à remercier Isis pour le temps consacré à ce petit échange et je vous invite à découvrir son blog Les fruits de la passion avec plein de recettes vénézueliennes . 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s