Pourquoi je parle à mon enfant dans ma langue maternelle

Récemment on m’a demandé pourquoi je parlais à mon bébé en espagnol, ma langue maternelle. Honnêtement, j’ai été un peu surprise par cette question peut-être car pour moi les raisons étaient évidentes. Puis, j’ai un peu échangé à ce sujet sur un de mes réseaux sociaux avec d’autres amis bilingues (ou plurilingues) qui comme moi élèvent leurs enfants dans deux langues. J’ai décidé de faire un petit inventaire des raisons pour lesquelles j’éduque ma fille dans les deux langues, dans l’ordre d’importance pour notre famille.

Livres pour bébés bilingues - espagnol

Voici les raisons pour lesquelles je parle à ma fille dans ma langue maternelle :

1. – Garder le lien avec ma sa famille vénézuélienne. Toute ma famille est au Venezuela et ne parle pas un mot de français. Pourquoi devrais-je priver ma petite d’échanger avec sa grand-mère maternelle ? Pourquoi priver ma famille du bonheur de parler à sa petite fille ? Les membres de ma famille ne sont-ils pas aussi importants  pour elle que les membres de la famille (française) de son père ? Si vous étiez un Français expatrié, ne voudriez vous que vos enfants parlent aussi le français et gardent un contact avec vos racines ?

2.- Transmission culturelle. Étant immigrée je tiens à transmettre à mes enfants ma culture et mes racines. Mes racines font partie de l’héritage culturel de ma fille. Ma langue est indissociable à ce patrimoine culturel que je souhaite lui transmettre. Par conséquent, je lui chante les chansons en espagnol, celles qui m’ont bercé petite, nous jouons et dansons avec les comptines de mon enfance, je lui prépare des petits plats vénézuéliens… bref, je fais vivre ma culture à travers ma langue.

3.- C’est la langue de mon cœur.  Dans aucune autre langue je peux exprimer mes sentiments comme je le fais en espagnol. C’est la langue avec laquelle je m’exprime le mieux, celle du cœur,  la seule avec laquelle, je peux exprimer ses petites nuances de grande importance. Mes « te quiero » viennent vraiment  du fond de moi et quand je prononce ces deux mots à ma fille je sens vraiment vibrer toutes les fibres de mon corps. Je suis navrée, mais cela ne m’arrive pas en français ou dans une autre langue !

4.- Nous sommes une famille bilingue et biculturelle. Mon mari et moi parlons tous les deux français et espagnol et nous avons vécu chacun notre tour dans « le pays de l’autre ». Très souvent il nous arrive de changer d’une langue à l’autre au cours d’une même conversation, donc pour nous il est évident que nos enfants doivent également parler français et espagnol car ces deux langues sont celles de la maison.

5.- L’espagnol est la langue maternelle de 400 millions de personnes ! Après la mandarin, c’est la deuxième langue la plus parlée au monde. C’est également la deuxième langue la plus utilisée sur Internet après l’anglais. C’est la langue officielle de 19 pays. On estime que d’ici à 2030 7,5% de la population mondiale sera hispanophone et qu’en 2050 les États-Unis sera le premier pays hispanophone du monde… Comment priver ma fille de ces immenses opportunités qui lui seront offertes grâce à l’espagnol ?

6.- Nous sommes dans un monde globalisé. On parle souvent d’un monde de plus en plus globalisé où les frontières s’effacent et les échanges culturels se multiplient. Le bilinguisme offre une ouverture vers d’autres cultures et d’autre façons de voir le monde. Le monde de demain, encore plus que celui d’aujourd’hui, appartiendra à celles et ceux qui sauront s’accommoder.

7.- Le bilinguisme, c’est que du bon ! Plusieurs études démontrent les bienfaits cognitifs du bilinguisme.

Et vous, vous parlez aussi dans votre langue maternelle (ou dans une langue étrangère) à vos enfants ? Quelles sont vos raisons ?

Publicités

Mes blogs coup de cœur sur les langues et le bilinguisme

Je veux partager avec vous certains blogs sur l’apprentissage précoce des langues ou sur le bilinguisme que je trouve très intéressants. Hélas, la plupart d’entre eux sont en anglais. Si vous connaissez des blogs ou sites spécialisés en français sur ce sujet n’hésitez pas à les partager. Je serai ravie d’agrandir cette liste !

In Culture Parent Magazine en anglais pour des parents qui élèvent des citoyens du monde.  On y trouve des articles sur les langues,   le plurilinguisme, les cultures du monde et la multiculturalité, des témoignages des familles bilingues-biculturelles, activités pour booster l’apprentissage des langues et introduire les enfants à une culture étrangère…

Divskouarn  Site internet de l’association Divskouarn pour le développement du breton avant la scolarisation. On y trouve l’actualité de l’association et son action, mais aussi l’offre de l’accueil petite enfance en langue bretonne.

Bilinguisme conseil : Blog en français de la spécialiste en bilinguisme Barbara Abdelilah Bauer. Retrouvez-y des informations et des conseils sur le bilinguisme précoce ainsi que l’actualité sur le sujet.

Multilingual Living Revue digitale en anglais avec des articles et témoignages sur le bilinguisme (ou le plurilinguisme) précoce, des ressources et des idées pour l’apprentissage des langues.

Growing Up Bilingual C’est le blog personnel de Paula Bendfeldt-Diaz,une maman guatémalienne qui habite aux Etats-Unis et qui élève ses enfants dans une double culture et en deux langues. Elle partage son expérience avec sa famille bilingue, des ressources et des idées pour renforcer la langue et la culture minoritaire de la maison… Le blog est rédigé en anglais et en espagnol.

Journal of a bilingual family  Tout nouveau blog en anglais d’une famille franco-finlandaise. Ils partagent leurs anecdotes et expériences  comme famille bilingue et biculturelle. 

Une famille avec deux filles et trois langues

Aujourd’hui  je vous présente Magali, une française expatriée en Espagne qui partage avec nous son expérience  comme maman de 2 petites filles trilingues français-espagnol-valencien.

 

Foto par rafa_uoc

Racontez-nous un peu sur vous…

 Je suis française, de la région nantaise. Toute ma famille est de la région, entre Pays de Loire et Bretagne. Mes parents nous ont toujours transmis, à moi et à ma sœur, le goût des voyages. Rie d’étonnant alors à ce que toutes les deux nous ayons choisi de terminer nos études à l’étranger et, en ce qui me concerne, en Espagne. Après avoir résidé dans plusieurs villes comme Barcelone ou Madrid, je suis finalement arrivée à Castellón, aussi bien pour des raisons professionnelles que personnelles. Je réside en Espagne depuis maintenant 10 ans. Castellón, en pleine région valencienne, sont nées mes deux filles de 5 et 6 ans.

Quelles langues parlez-vous à la maison ? Avez-vous une règle ? Quand-vous êtes dans la rue, ou avec des gens qui ne parlent pas le français (ou l’espagnol ou le valencien) dans quelle langue parlez-vous  à vos enfants ?

 Ufffffff…… difficile….. Nous sommes en Espagne, mais dans la région de Valence. Dans la rue ou à l’école, on parle donc aussi bien « espagnol » que « valencien ».

 A la maison, j’ai opté pour parler français et à vrai dire, c’est aujourd’hui pour moi un réel défi ! Mon environnement normal (aussi bien personnel que professionnel) est espagnol, on peut dire que je me suis intégrée complètement. Je ne parle donc français qu’à mes filles ou à ma famille, par téléphone. Mais en règle générale, je parle français à mes filles, qu’on soit avec des personnes qui parlent le français ou pas d’ailleurs. Si j’en éprouve le besoin je fais une traduction aux personnes présentes.

Leur père leur parle en général espagnol, sauf quand il rend visite à sa famille qui parle plutôt valencien ou catalan. Il est d’un petit village proche de la Catalogne et la langue habituelle là-bas, c’est le valencien.

Les filles passent de l’une à l’autre sans s’en rendre compte ou traduise instantanément ce que je viens de leur dire à une autre langue. Les conversations avec des tiers sont souvent d’ailleurs assez amusantes. Je crois qu’on oublie la plupart du temps dans quelle langue on parle.

Est-il important pour vous de transmettre votre langue maternelle et votre culture à vos enfants ? 

Important non, primordial. Ce que je peux transmettre à mes filles ce n’est pas seulement une langue mais toute une culture. Quand on parle espagnol et français, si on est un peu attentif, on se rend compte que les intonations sont différentes, les sons « chantent » d’une manière différente dans chacune des langues. Je réside en Espagne mais je suis et elles sont françaises. C’est une richesse qu’elles peuvent obtenir avec un effort minimum. Elles en ont également besoin pour pouvoir communiquer avec leurs grands-parents ou leurs cousins, même si eux aussi font l’effort de se mettre à l’espagnol. Et je crois aussi que pratiquer cette « gymnastique » de changement de langue leur facilite sans doute l’apprentissage de l’anglais qu’elles font aussi à l’école. Et qui sait si demain elles ne décideront pas de faire le chemin inverse et d’aller s’installer en France, ou ailleurs !

Que faites-vous pour vous assurez que vos filles utilisent toutes leurs langues ?

 Je n’ai mis en place aucune règle précise ou activité particulière. Avec moi, le français. Avec leur père ou sa famille, l’espagnol ou le valencien. A l’école, elles apprennent aussi bien l’espagnol que le valencien et l’anglais. Le plus difficile dans le contexte actuel correspond à la pratique de la langue française. J’essaie de leur parler le plus possible et de les laisser de temps en temps avec ma famille, pour qu’elles s’habituent à parler et écouter.

Finalement, quel conseil donneriez-vous aux parents qui s’embarquent dans l’aventure d’éduquer dans deux langues et deux cultures ?

Plusieurs…… Tout d’abord, parler et parler avec ses enfants. Ça ce n’est pas seulement valable dans le cas de bilinguisme mais c’est très important. En grandissant les enfants perdent petit à petit leur capacité à émettre certains sons. Il faut donc qu’ils les prononcent le plus « tôt » possible. Et pour les prononcer, ils doivent les entendre.

Je crois aussi qu’il faut être constant et patient. Les enfants bilingues ont besoin d’un peu de temps pour tout mettre en place et restituer toute l’information reçue. Quand mes filles étaient plus petites elles avaient tendance à mélanger les langues ou à faire des phrases « mixtes ». Ce n’est pas important, ce qui compte c’est toute l’information accumulée qui sera restituée le moment venu.

Il faut aussi leur expliquer que ce n’est pas seulement une langue mais toute une culture qu’ils ont à leur disposition. C’est une grande ouverture d’esprit, une chance de connaître autre chose, sans grand effort.

Et je dirais que le plus important, et ce qui me paraît le plus difficile, dans mon cas en tout cas (quand on devient soi-même bilingue), c’est de respecter les « normes » et de toujours s’adresser aux enfants dans une même langue…. Plus ils grandissent et plus le poids de l’environnement est lourd. Il est plus facile pour eux de parler dans leur langue de tous les jours. C’est là qu’il faut renforcer la ou les langues minoritaires….

 

 Je tiens à remercier  Magali pour le temps consacré à ce petit échange.  Si vous voulez partager, vous aussi, votre expérience comme parent d’une famille bilingue/biculturel n’hésitez pas à me contacter !

L’amour, le couple et les enfants dans les familles à double appartenance culturelle

Cet article est un extrait de la brochure du même nom publiée par l’Association Pluriculturelle Familia Club en 2010

Entre 2008 et 2010, l’Association pluriculturelle Familia Club a piloté un projet, Duo, à l’attention des couples et des familles biculturels. De ce projet est née une brochure intitulée « L’amour, le couple et les enfants dans les familles à double appartenance culturelle ». La brochure contient toutes informations recueillies au cours du projet. Elle s’adresse à tous les couples biculturels qui ont l’intention d’avoir un enfant, attendent une naissance ou élèvent des enfants en bas âge.

La brochure contient l’information que le couple doit connaître sur les rapports entre conjoints, sur le rôle de père et de mère, l’identité de l’enfant et le bilinguisme. Vous y trouverez  information sur :

• L’évolution du couple de l’éblouissement amoureux à l’amour conjugal;
• La vie partagée entre deux mondes culturels;
• La manière de créer une troisième culture:
• Ce qui change dans la vie du couple à la naissance du premier enfant;
• Ce que les parents peuvent faire pour soutenir l’identité biculturelle
et le bilinguisme de l’enfant.

Pour continuer à lire : L’amour, le couple et les enfants dans les familles à double appartenance culturelle